Archives de catégorie : recette

SET – En mars & avril : mettons le pissenlit en cuisine!

A l’approche du printemps, et pour répondre à la demande de certains membres, je vous propose pour  de découvrir quelques recettes pour intégrer dans notre alimentation une plante souvent classée dans  les mauvaises herbes car on la trouve presque à chaque pas. Je parle du pissenlit bien sûr, plante amère  donc favorable au soutien du foie. Cela tombe bien puisque le printemps est sa saison. 

Vous en saurez un peu plus sur la plante elle-même en consultant le bulletin de mars de l’atelier  cosmétiques et bien-être. En attendant, place aux recettes et à la dégustation ! 

Et vous ? 

Avez-vous des recettes avec le pissenlit que vous aimeriez nous partager ? 

N’hésitez pas à nous faire vos retours, la force du groupe s’enrichit du partage… 

Utilisation des boutons floraux et fleurs  

Câpres de pissenlit  

Ingrédients 

• Boutons de pissenlit : de quoi remplir le pot choisi 
• Vinaigre de cidre : également fonction du pot choisi 

Préparation 

• Cueillir des boutons floraux de pissenlit non éclos, en volume légèrement supérieur à celui des  pots à remplir. 
• Débarrasser les boutons de leurs “tiges” et de leurs “barbules” pour ne garder qu’un bouton  bien net. 
• Ébouillanter à l’eau chaude les pots de verre pour les stériliser et faire chauffer le vinaigre de  cidre. 
• Rincer les boutons sous l’eau froide, bien les égoutter et les éponger très doucement avec un  linge propre. 
• Placer les boutons dans le pot et les recouvrir du vinaigre chaud jusqu’à ras-bord. Fermer. • Conserver une semaine au moins avant de consommer (se conserve plusieurs mois). Recommandations :  
• Pour varier le goût et les plaisirs mais aussi soigner la présentation, on peut ajouter des grains  de poivre, des feuilles d’origan ou de laurier, une branche de thym ou des baies de genièvre.  Des boutons de pâquerette (Bellis perennis) ou d’ail des ours (Allium ursinum) peuvent aussi  rejoindre la préparation. 

La cramaillotte ou miel de pissenlit  

• Une fois les fleurs écloses, il faut les cueillir pour en récupérer 400 grammes de pétales.  • Confectionner un jus avec deux litres d’eau et les pétales, deux oranges et deux citrons bio  coupés en petits morceaux. Cuire pendant quarante minutes. Filtrer.  
• Remettre le jus à chauffer dans une casserole propre dans laquelle on ajoute un kilo de sucre  à confiture et une cuillère à café de beurre. Cuire à nouveau pendant huit minutes.  • La gelée est prête quand une goutte déposée sur une assiette se fige immédiatement. Verser la gelée dans des bocaux. Les fermer et les retourner pour les stocker.

SET – Atelier Cuisine – mars 2021 

Utilisation des feuilles tendres (jeunes feuilles de mars)  


Salade de pissenlits à l’auvergnate  

Ingrédients : 
• 400 g de feuilles de pissenlit 
• 1 échalote 
• 2 cuillerées à soupe d’huile de colza 
• Sel  
• 80 g de champignons de saison 
• 1 cuillerée à soupe d’huile d’olive  
• 2 gousses d’ail 
• 1 cuillerée à soupe de vinaigre de vin. 

Préparation : 

Éplucher et laver les feuilles de pissenlits. Les égouttez soigneusement. 
Couper finement l’échalote et la mélanger avec l’huile de colza et le sel. L’ajouter dans un saladier avec  les feuilles coupées en morceaux. 
Faire dorer les champignons dans une poêle avec l’huile d’olive et l’ail haché. Retirer du feu et ajouter le vinaigre. Verser chaud sur les pissenlits. 
Remuer et manger sans attendre pour goûter le contraste du froid et du chaud. 


Utilisation des feuilles plus tard dans la saison  

Peu après le début du printemps, quand les feuilles sont devenues un peu plus denses et plus coriaces,  on peut les cuisiner avec une fricassée de pommes de terre et d’autres légumes ou de champignons en les ajoutant en fin de cuisson. À peine cuites, les feuilles sont alors attendries et leur saveur s’est adoucie.  

Autre préparation culinaire pour briser une amertume trop prononcée : associer les feuilles avec des  œufs mimosas. 
On peut aussi les utiliser dans des soupes, des risottos et des gratins. 

Tarte aux épinards et aux pissenlits  

Pour 6 personnes 

Ingrédients 
• 1 kg d’épinards frais 
• 250 g de feuilles de pissenlits 
• 6 œufs  
• 3 boules de mozzarella 
• 30 cl de crème liquide 
• 40 g de fromage râpé 
• 2 c. à soupe d’huile 
• 20 g de beurre 
• 1 gousse d’ail 
• Sel 
• Poivre 

Préparation 

Préchauffer le four à 180 °C (thermostat 6). Rincer et équeuter les épinards. Rincer et essorer les  pissenlits. Peler et écraser l’ail. 
Faire chauffer l’huile dans une sauteuse. Ajouter les épinards et les pissenlits, les faire fondre pendant  une dizaine de minutes, jusqu’à ce qu’ils soient flétris. 
Les égoutter dans une passoire, puis les hacher.

Dans un saladier, fouetter les œufs, et ajouter la crème. Assaisonner de sel et de poivre. Ajouter le  mélange d’épinards et de pissenlits, bien remuer. 
Couper les boules de mozzarella en tranches. Beurrer un moule à manquer. Verser la moitié de la  préparation aux épinards. Recouvrir de la moitié des tranches de mozzarella. 
Verser le reste de la préparation avec les épinards. Disposer les tranches de -mozzarella restantes sur  le dessus. -Parsemer de fromage râpé. 
Enfourner et faire cuire pendant trente minutes. Servir avec quelques pissenlits en salade. 

Spaghettis aux pissenlits  

Pour 5 personnes 

Ingrédients 

.500 g de spaghettis 
.150 g de noix de cajou parfumées au tamari par exemple 
.60 à 80 g de fromage italien pecorino 
.150 g de feuilles de pissenlits 
.Sel, Poivre 
.Huile d’olive 
.Piment d’Espelette 

Préparation 

Faire cuire les pâtes dans un grand volume d’eau bouillante salée, le temps indiqué sur le paquet pour  une cuisson al dente. Les égoutter en conservant un peu d’eau de cuisson. 
Laver et essorer les feuilles de pissenlits. 

Dans une sauteuse, faire revenir les feuilles de pissenlits avec un peu d’huile d’olive et les noix de cajou  concassées, poivrer, saupoudrer de quelques pincées de piment d’Espelette et laisser cuire pendant  cinq minutes. 
Ajouter les pâtes dans la sauteuse avec un peu de leur eau de cuisson. Mélanger pendant deux  minutes. 
Répartir les spaghettis dans les assiettes. Râper un peu de fromage pecorino sur le dessus, poivrer et  servir sans attendre. 

Utilisation des racines  

Les Japonais consommaient traditionnellement la racine de pissenlit considérée comme très yang. 

Nitukés de pissenlit  

Couper les racines en rondelles, puis les faire sauter dans un peu d’huile de sésame avant d’ajouter de  l’eau et de la sauce de soja (tamari), puis de laisser mijoter jusqu’à cuisson complète. C’est une entrée  originale. 

« Compote de racines de pissenlit »  

Laisser cuire longtemps et doucement les parties souterraines du pissenlit jusqu’à ce qu’elles soient  parfaitement molles, puis les passer à travers la grille fine d’un moulin à légumes.  Ainsi accommodées, les racines perdent l’amertume qui les caractérise et se montrent même sucrées.

Merci à Frédérique

SET – Recette Atelier cuisine de Décembre

Chou-fleur au lait de coco et aux fèves  


C’est une recette qui peut se réaliser presque toute l’année puisque l’on a du chou-fleur local et de  saison presque 10 mois sur douze (les variétés varient) et les fèves sont disponibles toute l’année,  sèches ou surgelées à cette saison. Elles sont une bonne source de protéine végétale. 

Si on utilise des fèves sèches, on achète préférentiellement des fèves décortiquées pour ne pas avoir  à le faire et on les fait tremper une demi-journée au moins. On les cuit ensuite à l’eau, avec de la  sarriette pour les rendre plus digestes, pendant 1h à 1h30 selon leur taille. Elles doivent être presque  cuites et peuvent alors s’intégrer dans la recette pour finir leur cuisson. On ne sale l’eau de cuisson  qu’au bout de 45 min environ pour éviter qu’elles ne durcissent. 

Ingrédients pour 6 personnes  

• 1 chou-fleur  
• 4 pommes de terre à chair ferme de taille moyenne 
• 4 carottes de taille moyenne 
• 400 g de tomates concassées 
• 600 à 700 g de fèves surgelées ou 400 g de fèves sèches pelées 
• 1 gros oignon 
• 3 gousses d’ail 
• Le zeste d’un citron vert 
• 4 cm de gingembre râpé 
• 2 cs de curry en poudre 
• 1 bâton de cannelle 
• 1 bouquet de coriandre ciselée 
• 40 cl de lait de coco épais 
• Huile d’olive, sel, poivre 
• Riz basmati pour l’accompagnement 

Réalisation  

Détailler le chou-fleur en bouquets et garder le tronc pour une soupe. 

Eplucher l’oignon, les gousses d’ail et les pommes de terre. Couper l’oignon en fines lamelles, hacher  l’ail et détailler les pommes de terre en dés de taille moyenne. 

Bien brosser et laver les carottes (il est inutile de les éplucher si elles sont bio) et retirer les parties abimées si besoin. Réserver les fanes pour un autre usage (on peut aussi les laver et les intégrer en les  ciselant finement). Couper les carottes en lamelles assez fines. 

Dans une cocotte à mijoter, verser un peu d’huile d’olive et y faire fondre l’oignon pendant 5 minutes  à feu doux. Y ajouter l’ail, le curry, le gingembre râpé, le bâton de cannelle. Bien mélanger. Ajouter  alors les carottes et les pommes de terre puis la pulpe de tomate. Saler et poivrer. Laisser mijoter à feu  très doux pendant 20 minutes. 

Ajouter alors le chou-fleur et le lait de coco et rajouter un peu de sel et de poivre si besoin. Si on utilise  des fèves sèches préalablement cuites, les ajouter à ce stade après les avoir égouttées. Poursuivre la  cuisson 20 min à feu très doux en remuant de temps en temps. 

Si on utilise des fèves surgelées, les passer rapidement sous l’eau chaude et les ajouter à 5 minutes de  la fin de cuisson. 

Parsemer du reste de coriandre et du zest de citron vert. 

Servir avec le riz que l’on aura fait cuire en parallèle.

Un franc succès, tout le monde a aimé ! 

Tarte aux pommes et aux airelles  

Ingrédients pour 6 personnes  

Pour la pâte 

• 120 g de beurre un peu mou 
• 160 g de farine d’épeautre ou petit épeautre T110 
• 2 cs de sucre complet 
• 1 pincée de sel 

Pour le crumble 

• 60 g de beurre froid en tout petits dés 
• 75 g de farine (la même) 
• 60 g de vergeoise ou sucre blond 

Pour la garniture 

• 30-40 g d’airelles séchées 
• 6 belles pommes 
• ½ citron ou ½ orange 

Réalisation  

Dans un saladier, verser tous les ingrédients de la pâte et bien malaxer jusqu’à obtenir une boule. Si  elle est trop sèche, on peut ajouter une goutte d’eau. 

La laisser reposer un peu au frais. 

Préparer le crumble en mélangeant les ingrédients du bout des doigts de façon à maintenir un effet de  sable. 

Eplucher les pommes, les détailler en dés, les mélanger aux airelles et ajouter le jus d’un demi-citron  ou un peu du jus de la demi orange. Bien mélanger.

Préchauffer le four à 180°C. 

Ressortir la pâte, l’étaler au rouleau à pâtisserie, par exemple sur un papier cuisson de façon à pouvoir  facilement la déposer dans le moule car elle est friable. Utiliser un moule à tarte de 24 à 26 cm. Piquer le fond de pâte. 

Garnir des pommes aux airelles puis répartir le crumble par-dessus. 

Cuire 50 min et servir tiède à froid. 

Un peu sucré à mon goût et néanmoins très bon. Les plus gourmands ont adoré. J’ai ajouté un œuf à la préparation de la pâte pour avoir un résultat bien lié.

Merci à Frédérique

SET – Atelier cuisine d’Octobre

Octobre 2020 – l’atelier cuisine de SET

En ce mois d’octobre, nous avons inauguré les ateliers cuisine par Zoom. Je savais déjà que cela pouvait être très chouette car je les pratique régulièrement avec mon fils. Mais en groupe, et avec des personnes qui aspirent surtout au contact humain et au plaisir des retrouvailles… je me demandais un peu ce que cela donnerait.

Le résultat a été très sympathique… tout à fait à la hauteur de mes espérances :

  1. Déjà, nous étions en duo avec Véro (ça rime 😉) pour faire l’animation… et ça c’est vraiment un plus !
  2. Ensuite, nous étions 5 en tout, parfois 6, de chaque côté de nos écrans, Joy et son mari Smaïl qui participait activement, Béatrice avec quelques petites incursions de son mari et le résultat a été à la fois animé et joyeux. Nous avons regretté Dominique qui devait se joindre à nous mais a été retenue ce soir-là… elle était de la partie par la pensée !
  3. Occasion aussi d’échanger quelques trucs et astuces « Quelle courge tu prends toi ? », « Ah fais-voir avec quoi tu prélèves le zeste ? » « Tu en es où ? » « Ca donne quoi la consistance chez toi ? » …

Petit selfie pour la route et hop, au four… C’est une expérience que nous imaginons bien renouveler, avis aux amateurs 😊…

Voici maintenant les 2 recettes que nous avons réalisées et avec lesquelles nous nous sommes régalés.

Un seul regret, nous aurions bien comparé nos différentes adaptations mais l’écran garde encore quelques limitations 😉.

Pumpkin cake

Petite histoire autour du choix de cette recette

Il s’agit d’une recette de Vanessa Krycève, créatrice de l’association Le RECHO. Pas n’importe quelle recette… C’est LA recette phare réalisée pour l’accueil et l’intégration des réfugiés par la cuisine lors du Refugee Food Festival.

Ce gâteau initialement inspiré d’un « Carrot cake » évolue au fil des saisons et des légumes du moment.

***

Depuis juin 2019, le RECHO s’est installé aux « Cinq Toits », une ancienne caserne de gendarmerie située au cœur du 16ème arrondissement et réinvestie en centre d’accueil. Ici, la Table du RECHO a pour vocation de provoquer la rencontre et le partage, et de favoriser l’insertion grâce à la cuisine. Le restaurant propose une cuisine éthique et responsable vis-à-vis de l’Homme et de l’environnement avec un menu à très faible empreinte carbone, composé à partir de produits bio, locaux et de saison. Aux fourneaux, 7 personnes réfugiées sont accompagnées par la cheffe du restaurant, Valentine Guénin, afin de les former aux différents métiers de la restauration grâce au Dispositif Premières Heures, mis en place par la Ville de Paris. 

Au-delà de son restaurant d’insertion, le RECHO est aujourd’hui également un traiteur solidaire et événementiel.

***

Voilà qui cadrait bien avec la philosophie de SET pour inaugurer cette nouvelle formule d’ateliers, non !?

Ingrédients pour ce gâteau

  1. Farine T55 : 110g 🡺 farine d’épeautre T110 chez Frédérique, de petit épeautre T150 chez Joy
  2. Sucre cassonade : 65g 🡺 nous avons divisé par 2 chaque sucre
  3. Sucre rapadura ou muscovado : 65g 🡺 chez Joy, 50 g de sucre roux et 25 g de rapadura
  4. Huile de tournesol : 110g 🡺 huie d’olive d’un côté, de coco d’un autre…
  5. Œufs entiers : 90g 🡺 2 œufs d’un côté, 2 jaunes d’œufs + l’équivalent de 2 blancs (4 cc Chia + 4 cs d’eau)
  6. Noisettes torréfiées grossièrement concassées : 60g (graines de tournesol pour prendre soin des intolérances)
  7. Courges râpées : 105g (butternut, pâtisson, citrouille…. Les essais se sont multipliés !)
  8. Raisins secs :  40g
  9. Levure chimique : 4g
  10. Vanille gousse 1
  11. Cannelle en poudre : 4g
  12. 4 épices : 1g
  13. Gingembre en poudre : 1g
  14. Sel fin : 5g
  15. Zeste d’orange, zeste de citron, zeste de bergamote : 12g 🡺 pas de bergamote en rayon, nous avons fait avec citrons et orange, voire citrons seul.

Facultatif :(pas fait !)

  1. Jus de citron et sucre glace pour le glaçage
  2. 200 g de crème crue épaisse, 20 g de sucre cassonade fin et du zest d’orange

Réalisation

Mélanger tous les ingrédients secs d’un côté.
Mixer d’un autre côté l’huile et les œufs entiers.
Verser le liquide sur le sec et mélanger.
Mettre dans un moule à cake et enfourner environ 40mn à 180°C.
En sortant le gâteau du four l’enfermer hermétiquement afin de préserver au maximum le côté humide.

Facultatif :

Mélanger le sucre glace et le jus jusqu’à obtenir une consistance assez fluide. Il faut que la couche craquante sur le gâteau reste bien fine. 
Mélanger la crème avec le sucre et le zeste d’orange pour l’aromatiser. Servir avec le gâteau tranché.

Remarque 

Ce gâteau est encore meilleur préparé 1 ou 2 jours à l’avance, comme un pain d’épices il mature…

Navets rôtis sur crème de chèvre frais

Pour 4 personnes

Ingrédients

  1. 12 petits navets lavés et brossés
  2. 3 crottins de chavignol extra frais (nous avons pris 2 fromages de chèvre frais plus grands que de crottins)
  3. 2 cuillérées à soupe de lait (de riz chez nous)
  4. 1 cuillérée à soupe de miel liquide 
  5. 150 g de mesclun ou de mélange de salade coupée assez finement (mâche pour nous)
  6. 1 cc de vinaigre d’échalote
  7. 1 cs d’huile de noix
  8. 1 filet d’huile d’olive
  9. Fleur de sel et poivre du moulin

Réalisation

Couper les navets en 4 et les mettre les navets à rôtir doucement dans une poêle avec un filet d’huile d’olive : commencer sans couvercle et on peut couvrir quand les navets ont pris une coloration.

Dans un saladier, fouetter le fromage, le lait, le miel et une pincée de fleur de sel. Répartir le mélange au fond de 4 assiettes.

Dans un autre saladier, mélanger le mesclun avec le vinaigre, l’huile de noix, une pincée de fleur de sel et un tour de moulin de poivre.

Au moment de servir, répartir les morceaux de navets sur le fromage, les arroser d’un filet d’huile d’olive, parsemer de mesclun : c’est prêt 😊 !

Remarque

Recette prise dans le livre « La cuisine de vos paniers » du réseau Cocagne et légèrement simplifiée

Merci à Frédérique

SET – Atelier Cuisine du 18 Novembre 2019



Faut-il le rappeler, le chou de choucroute est un aliment intéressant pour la santé. Dans la lignée de l’atelier sur les légumes lacto-fermentés animé par Véronique en juin dernier, ce chou est rendu plus facile à digérer ainsi préparé. Il n’a plus ses propriétés probiotiques en version cuite, ou beaucoup moins, en revanche, il reste riche en minéraux (calcium, potassium et magnésium), en vitamines du groupe B et notamment en B12 généralement trouvée uniquement dans les produits animaux et il est à la fois rassasiant et peu calorique. De plus, le processus de fermentation rend le chou plus digeste. Parfait pour en profiter plus régulièrement 😊 ! 

Heureusement que ce plat était « léger » car lors de cet atelier, la choucroute n’est pas arrivée seule !!!  Je vous laisse en juger tout de suite…

Avant de passer aux recettes, je tiens à souligner une nouvelle fois l’imagination et le goût de Françoise qui nous avait préparé une très belle table : un grand merci pour ce décor qui participe si bien à l’ambiance chaleureuse de nos ateliers cuisine.

Petit apéro entrée préparé par Françoise, avec notamment la participation de Raymonde 😊

Raymonde nous avait préparé des graines de tournesol grillées à sec pour grignoter en apéritif et elles ont eu un grand succès, jusque dans la choucroute sur laquelle elles ont été parsemées avec délice…

Ensuite, nous avons commencé le repas par une belle assiette de légumes crus/cuits à tremper dans une sauce délicieuse : concombre, carottes, tomates, chou-fleur, pois-chiches… et accompagnés d’une petite salade de feuilles vertes ! Un régal de couleurs qui nous a permis de commencer tranquillement le repas.

Voici venue l’heure de la choucroute et pour les amateurs qui chercheraient à se procurer cette choucroute Bio, elle venait du magasin Biocoop de La Varenne.

La choucroute végétarienne de Frédérique

Ingrédients pour 15 personnes

  • 4 kg de choucroute
  • 200 g de pois chiches trempés au moins 12 h 
  • 30 abricots secs
  • 5 oignons moyens
  • 5 belles carottes
  • Une quinzaine de baies de genièvre
  • 3 feuilles de laurier
  • 2 clous de girofle
  • 1 cs de cumin en graines
  • 15 à 20 pommes de terre de taille moyenne, à chair ferme
  • Thé noir fumé
  • 1 pincée de bicarbonate de sodium

Recette :
(Fait avant l’atelier)Préparer une belle quantité de thé noir fumé bien concentré. 
Egoutter et rincer les pois chiches trempés, les verser dans une casserole, compléter très largement avec du thé noir fumé (au moins 3-4 fois la hauteur des pois chiches) et ajouter le bicarbonate.
Cuire environ 1h15 en surveillant qu’il ne manque pas de liquide. Le cas échéant, ajouter de l’eau préalablement chauffée.En fin de cuisson, réserver les pois chiches dans le reste de jus.

Remarques : 

  • Si on n’ajoute pas de bicarbonate, le temps de cuisson peut être très augmenté.
  • Si on doit ajouter de l’eau en cours de cuisson car il n’en reste pas assez, préférer de la faire chauffer avant car le fait de rajouter de l’eau froide en cours de cuisson peut nuire et empêcher d’avoir des pois chiches fondants.

(Fait lors de l’atelier)

Mettre les abricots à tremper dans de l’eau chaude pour les réhydrater.
Eplucher et émincer les oignons. Dans une grande cocotte, les faire blondir dans de l’huile d’olive.
Laver les carottes, les brosser et les couper en rondelles. Ajouter ces rondelles aux oignons et continuer de faire dorer.
Egoutter les pois chiches et les ajouter à la marmite.
Puis incorporer progressivement le chou de choucroute égoutté.

Ajouter les graines de cumin et les baies de genièvre, les clous de girofle, les feuilles de laurier et mouiller si nécessaire avec un peu de bière ou de vin blanc (pour les intolérants au gluten).Egoutter les abricots secs, les ajouter, et laisser cuire à couvert au moins 1h, à petit feu.

Pendant ce temps, laver les pommes de terre à les cuire à la vapeur.
Au moment de servir, éplucher les pommes de terre (optionnel) et les disposer sur la choucroute. 
Nous en avions largement de quoi nous resservir chacun une fois, ce qui a été fait car tout le monde a apprécié cette version plus légère du plat traditionnel alsacien 😊 !

A noter que le goût fumé apporté par la cuisson des pois chiches dans le thé était un peu léger car j’avais coupé d’eau. Je recommande de cuire les pois chiches uniquement dans du thé bien fort (il faut en réaliser une bonne quantité).Cliquez ici pour voir la fiche recette.

Pour finir, en dessert, Véro nous a proposé sa recette d’ « Energy ball » et Jeannine nous avait réalisé un délicieux gâteau au chocolat. Les gourmands ont été comblés 😊 !

La chouette recette d’Energy Ball de Véronique

Pour 20 boules (nous avions doublé les proportions)

Ingrédients

  • 100 g de flocons d’avoine
  • 125 g de tahin (ou une autre purée d’oléagineux)
  • 2 cs de cannelle (optionnel, nous n’en avons pas mis)
  • 2 cs de graines de chia mixées
  • 50 g de dates dénoyautées
  • 2 cs de lait végétal (de noisettes dans notre cas)
  • 50 g de raisins (que nous avions remplacé par 50 g noisettes en poudre )

Recette:
Mélanger flocons, graines de chia mixées et poudre de noisettes. 
Mixer les dates et les ajouter.
Ajouter le tahin et pour finir le lait végétal. 

On peut ajuster un peu la quantité d’ingrédients humides de façon à obtenir une pâte pas trop collante mais qui se tient.
Former les 20 boules et les mettre au réfrigérateur pour les raffermir.

Cliquez ici pour voir la fiche recette

Ensuite, on peut les utiliser telles quelles, on peut aussi les rouler dans la poudre d’amande, dans le cacao amer…

Merci à Willy pour le reportage photos et à toutes les participantes et tous les participants du jour !

         Bon appétit 😊 !